Un ascenseur pour l’IPT !

L’institut protestant de théologie de Paris sollicite vos dons pour soutenir la construction d’un ascenseur.

Ce projet  est porté par les professeurs, un collectif d’étudiants, ainsi que les salariés et bénévoles de l’association loi 1901 qui gère l’institut. Sur les 300.000€ nécessaires à l’aboutissement de ce projet, il nous manque plus que 30.000€ !

Pour visionner la vidéo de présentation du projet, en savoir plus ou faire un don, rendez-vous sur la page

https://www.kisskissbankbank.com/ascenseur-ipt

Vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%. Ainsi, un don de 100€ ne vous coûtera en réalité que 34€.

 

Fête de la Paroisse

Dimanche 18 juin

Journée festive Robinson-Palaiseau

10h30: Culte (1)

12h30: Repas convivial (2)

15h30: Moment de reconnaissance et d’au-revoir à Philippe Kabongo-Mbaya et à sa famille (3)

Gospel, Musique, Paroles, Chants etc… Invitation surprise

Nous vous y attendons avec beaucoup de joie et de reconnaissance. Venez avec ce que vous êtes. La lumière invisible dans le cœur de chacun-e sera la grâce de cette rencontre, l’ingrédient irremplaçable pour tout ce qui se partagera: sourires et saveur…

 

(1) le culte se tiendra au temple, 36 rue Jean Longuet 92290 Châtenay-Malabry

(2) Le repas sera partagé au jardin chez Renée et Bernard Piettre, 82 rue Edouard Depreux, Châtenay Malabry (en fonction du temps)

(3) 36 rue Jean Longuet 92290 Châtenay-Malabry

 

Allô 702 – Juin 2017

Voilà l’été qui nous tend les bras. Soleil, parfum de vacances, envie d’ évasion. Quelles que soient les conditions particulières de l’existence de chacun, l’arrivée lumineuse de cette saison sollicite la gaité. Comment éviter que ce temps ne soit pas une simple virgule dans nos vies, juste là pour respirer afin de reprendre la suite. La routine et loi de la répétition, ce peut être une manière de confort.

La vie pourtant est un champ d’actions et d’interactions. Vivre c’est persévérer dans cet échange d’énergies. Ce ne sont guère les formes, le volume ou le rythme de cette énergie qui comptent, mais l’authenticité de ce qui nous maintient vivants, qui impulse la vie.

Pensons aux amis du Christ. Jésus a cessé d’être parmi eux de la même manière qu’avant. L’aventure aurait pu s’arrêter là. Certains parmi eux avaient déjà décidé de passer à autre chose. Un travail de deuil en somme. Le désengagement n’a cependant pas eu raison de de leur fidélité ! Pourquoi ? Parce qu’ils ont compris aussi autrement ce qui leur arrivait.
Si leur Maître était désormais en retrait, cela ne justifiait en rien une conduite toute humaine, qui consiste à battre en retraite. Fuir, s’éloigner, reculer, laisser tomber, ce n’est pas un lâcher-prise. Battre en retraite c’est capituler. Rendre les armes sans avoir l’air de le faire…

A la Pentecôte (Actes 2), les disciples sont au contraire comme foudroyés par un fabuleux enthousiasme collectif. Vraiment inattendu. Paradoxalement, la position de retrait leur donne une formidable hardiesse. Les langues se délient, les leurs. Ils n’ont pas peur de parler des langues inconnues. C’est l’ivresse spirituelle. Hôte xénophile des toutes les cultures, Christ invisible est sur eux, en eux, défiant discriminations et séparatismes ethniques. Renversant les codes de reconnaissance et des préjugés identitaires. La surprise est totale ! Ce n’est pas l’éclipse de la routine, mais la « nouvelle naissance » dans leur capacité d’accueil.
L’été nous tend les bras. Comme une chance pour pouvoir nous-mêmes tendre la main aux autres, oser les rencontrer, leur parler en vérité.

Philippe Kbongo Mbaya

Télécharger la version PDF