Communauté de Robinson - Bienvenue sur le site de la Communauté de Robinson, paroisse de l'Eglise Réformée de France à Châtenay-Malabry, Sceaux, Antony et environs 

  Imprimer cette page

Bienvenue sur le site de la Communauté de Robinson, paroisse de l'Eglise Réformée de France à Châtenay-Malabry, Sceaux, Antony et environs

 

Editorial

Mai 2016

L'Ascension, c'est quoi pour moi ?

C’est la nuit. Nuit d’un coeur lourdement lesté d’angoisse. Jacob fuit son frère dont il a volé la bénédiction. Est-il si cynique, si insensible et rusé que le narrateur biblique le dépeint ? Chemin d’exil, recherche de refuge. Pour lui, la nuit c’est cette expérience du combat avec soi-même. L’affrontement terrible contre soi même comme un autre…

Jacob doit s’arrêter, poser sa tête sur n’importe quoi et attendre le sommeil. La destination est lointaine, surtout bien incertaine. Il est seul. La solitude convoque des fantômes, qui visitent les vivants à certaines heures de la nuit. Son frère va-t-il le poursuivre ? Est-il peut-être déjà à ses trousses, décidé à se faire justice ? N’importe quel pirate pourrait d’ailleurs l’attaquer, à la faveur du plein sommeil. Dans la morsure d’une errance loin de la face de Dieu, Jacob se rappelle alors ces mots désespérés de Caïn : « si quelqu’un me trouve il pourra me tuer » (Genèse 4,14).

Jacob heureusement a un don, qu’il transmettra à Joseph, son fils. Il rêve non pas de cauchemar, mais d’une promesse. Il voit une échelle montant de la terre jusqu’au ciel. Rien à voir avec l’échafaudage de Babel, où ça monte et ça descend pour la seule « gloire » des humains, masque rassurant de leur angoisse. L’échelle que voit Jacob n’est pas pour lui. Ce sont des anges qui montent et qui descendent. Un spectacle de liberté et de dépassement, qui fait contraste avec le chemin d’impasse du fugitif. Le rêve d’ascension. Cette évasion par le haut comme chacun de nous, enfant, en a un jour rêvé se comparant aux oiseaux.

La Bible parle de deux hommes, qui sont montés au ciel, qui ont connu cette élévation, cette sortie prodigieuse du temps et de l’espace. Elie et Jésus. Bien loin de ces fantasmes de « sorties » de soi, de son corps, que des mythologies modernes rabâchent. Ici c’est un songe de montée, et non de « sortie ». Une montée aussi haute, aussi vraie, comme un accès au réel, à l’essentiel. Cela signifie que l’homme est toujours plus grand que l’ombre qu’il fait, la tache sombre qui l’attache à l’immobile et à son inertie.

Que représente pour vous l’Ascension du Christ ? Oui, c’est un code pour dire la résurrection. Mais n’est-ce pas aussi une image précieuse et sûre qui nous rappelle que chacun peut monter, surmonter quelque chose, aller plus loin que ce qu’il croit ? Monter et descendre sous le regard de Dieu ; se savoir accepté par Lui comme Il aime et envoie ses anges : quel beau message ! En vérité, la dynamique de l’Ascension demeure notre promesse contre toutes les nuits d’incarcérations existentielles.

 

Philippe B. Kabongo-Mbaya

 



Page suivante : Le protestantisme